Sunday, September 11, 2016

C’est quoi donc l’Islam ?


Quand on a peur on dit n’importe quoi, on fait n’importe quoi. Quand on nous fait peur on croit à n’importe quoi. Mais il arrive bien des moments où la vérité éclate au grand jour, et tant mieux. On parle beaucoup ces jours-ci d’islamophobie, qui n’est autre que la résultante d’une forme de peur de l’Islam. Comme on dit chez nous, quand on ignore quelque chose on s’y oppose. C’est quoi donc l’Islam ? L'Islam est le nom donné à un ensemble de croyances et de pratiques s'inscrivant dans la suite logique d'autres croyances et pratiques émanant de la même source: Dieu. Pour comprendre l'Islam, lequel vient après le Judaïsme et le Christianisme, il faut donc comprendre le dessein de Dieu qui les a tous révélés. Je ne vais pas répéter ce que j'ai dit dans mes billets précédents, mais je vais, toute de même, rappeler quelques points. D'abord, on ne sait rien de Dieu plus qu'Il nous a dit de Lui-même directement dans la saints livres ou par le biais des prophètes. La question qui se pose: quel rapport y a-t-il entre Dieu et l'Homme? L'Homme se trouve sur terre depuis des milliers d'années, pour les croyants, des millions d'années, pour les non-croyants. Aussi bien les croyants que les non-croyants ont toujours partagé la vie sur terre. Les êtres humains n'ont pas toujours vénéré le même dieu ni eu le même rapport à tout ce qui est foi et divin. Pourquoi devrait une quelconque divinité s'ingérer dans la vie de gens qui pourraient, à leurs sens, se passer de tout ce qui est foi et divin, d'autant plus que cela ne repose que sur des croyances pas toujours vérifiables scientifiquement? En d'autres termes, a-t-on vraiment besoin de Dieu, soit-il Allah ou autre? Puisqu'on a posé la question de comprendre l'Islam, on ne parlera ici que d'Allah, lequel se présente à nous à travers le coran, le livre saint de la religion musulmane.  En lisant le coran on apprend que c'est Dieu (Allah) qui a crée le monde et a installé l'Homme sur la planète terre et a mis à son service tout ce qui est dans l'univers. Pourquoi Dieu a-t-il fait ça, pour quelle finalité? Une première lecture du coran nous fait savoir que Dieu n'a crée l'Homme "51.56.
que pour M'adorer." Il pourrait donc venir à l'esprit que c'est parce que Dieu a besoin d'être vénéré, adoré, qu'Il s'était donné la peine de créer tout cet univers pour obtenir quelques prières ou louanges ou rituels de cet Homme qu'Il a mis sur une planète certes vivable mais pleine de danger. Dans ce cas, c'est Dieu qui aurait besoin de l'Homme plus que l'Homme a besoin de Dieu et donc Dieu n'aurait qu'à s'en prendre à lui-même si l'Homme refuse de le vénérer. Mais le fin fond de la nature humaine est là pour démontrer que c'est bien le contraire qui est vrai: Dieu n'a nullement besoin de l'Homme ni même des anges qui ne se lassent jamais de le vénérer. Même les pires mécréants quand ils se trouvent face à la mort, eh ben ils implorent Dieu, et nul autre, de les sauver.

6.40. Dis-leur : "Que vous en semble? Si le châtiment de Dieu s'abattait sur vous ou si l'Heure du Jugement venait vous surprendre, feriez-vous appel à un autre qu'à Dieu, pour autant que vous soyez sincères? 6.41. C'est plutôt à Lui que vous feriez appel et, s'Il voulait, Il dissiperait les malheurs dont vous Lui demanderiez d'être délivrés et vous oublieriez alors toutes vos divinités mensongères."
Les fidèles, eux non plus, ne sont pas toujours aussi fidèles que ça. On lit dans le coran : «Quand un malheur atteint l'homme, il Nous appelle à son secours, qu'il soit couché sur le côté, debout ou assis. Mais aussitôt que Nous l'en délivrons, il reprend son train de vie, comme s'il n'avait jamais sollicité de Nous de le débarrasser de ce qui l'accablait. " "11.10. Lui faisons-Nous goûter un bienfait de Notre part, après qu'un malheur l'a frappé, alors aussitôt il s'écrie : 'C'en est fini enfin de mes malheurs !', plein de joie et de gloriole." "89.15. Lorsque ton Seigneur, pour éprouver l'homme, l'honore et le comble de bienfaits, celui-ci dit : 'Mon Seigneur m'a honoré !' 89.16. Mais lorsqu'Il l'éprouve en lui mesurant Ses faveurs, l'homme s'écrie : 'Mon Seigneur m'a humilié !' "

En fait, beaucoup de gens qui se disent croyants ne s'intéressent à Dieu que parce qu'ils trouvent chez Lui un certain refuge. "22.11. Tel autre, parmi les hommes, adore Dieu d'une manière indécise. S'il lui arrive quelque bien, il en jouit avec quiétude, mais s'il est atteint par la moindre épreuve, il fait aussitôt volte-face, causant ainsi sa perte dans cette vie et dans la vie future. Et c'est là une perte irréparable !"

On a alors droit à se demander le plus innocemment du monde: qu'est-ce qu'on met à la place de Dieu quand on ne veut pas de Lui? Certainement pas le vide. On met soit l'Etat, ou autre refuge tangible, soit son "auto-indépendance". Or l'Etat lui-même, ou tout autre refuge (tribu, clan, famille, organisme...), pourrait se dire tributaire de la grâce divine ou s'avérer tout simplement incapable de subvenir aux besoins de ceux qui en dépendraient. Par exemple, on impute une mauvaise récolte à la sècheresse,  voulue, elle, par Dieu… Pire encore, l'Homme lui-même, en tant qu'individu, n'est pas toujours en capacité de s'assurer son auto-indépendance: il y a les accidents physiques, les accidents de parcours, la perte de revenus (chômage), la maladie, les problèmes sociaux, la vieillesse, etc. Que l'on soit croyant ou non-croyant, toutes ces choses-là nous font peur. Même un grand empereur aurait peur de perdre son trône. Plus que la peur, qui pourrait  ne pas être toujours justifiable, il y a bien des réalités indéniables. L'âge fait qu’on ne reste pas jeune et fort à jamais, et il y a la mort au bout du chemin. Même au plus fort de notre jeunesse et force physique et mentale il y a le sommeil, par exemple, et ce sommeil-là est une forme d'impuissance totale. Allah parle de tout ça dans le coran.

"39.42. Dieu accueille les âmes quand elles meurent, et quand elles sombrent seulement dans le sommeil. Il retient celles dont Il a décrété la mort et renvoie les autres jusqu'au terme fixé. N'y a-t-il pas là des signes pour qui sait réfléchir?"  "30.54. Dieu vous crée d'abord faibles, puis Il fait succéder la force à la faiblesse, pour vous réduire ensuite à la faiblesse et à la vieillesse, et Il crée ce qu'Il veut, car Il est l'Omniscient, l'Omnipotent." "36.68. Celui à qui Nous accordons une longue vie verra péricliter ses facultés mentales et physiques. Ne le comprennent-ils donc pas?"
"40.67. C'est Lui qui vous a créés de terre, puis d'une goutte de sperme, puis d'un caillot adhésif. Il vous fait ensuite sortir à l'état de bébé du sein de vos mères, pour que vous atteigniez votre maturité, et vieillir ensuite, si vous ne mourez pas plus tôt. Mais le terme de la vie de chacun de vous est fixé d'avance. Peut-être serez-vous capables d'y réfléchir." "16.70. Dieu vous a créés, puis vous fera mourir. L'âge de certains parmi vous se prolonge jusqu'à la décrépitude où ils finissent par oublier tout ce qu'ils avaient appris. "

A lire le coran de plus près, on se rend donc à l’évidence que Dieu est vraiment omniprésent.

Cela veut dire, comme les anciens érudites l'ont très bien expliqué, que ce que Dieu a crée ne fonctionne pas d"une manière mécanique ou automatique. Certes, un grain de blé donnera toujours un grain de blé et un œuf de poule donnera toujours un poussin de poule. Ça c’est la règle. Mais ce n’est pas parce qu’il y a eu rapport sexuel entre un homme et une femme qu’il y aura forcément un enfant. Ce n’est pas parce qu’il pleut que la terre donnera des fruits et des légumes. Ce n’est pas parce que c’est le même père et la même mère que les enfants auront la même taille, le même gabarit, les mêmes traits de visage… Dieu maîtrise la règle et l’exception. Il maitrise l’ensemble et les détails.

"32.4. C'est Dieu qui a créé en six jours les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires, et qui S'est ensuite établi sur Son Trône. Vous ne saurez trouver en dehors de Lui ni protecteur ni intercesseur. Pouvez-vous donc y réfléchir? 32.5. Il décide, dans le Ciel, du sort de toute chose sur la Terre, puis tout remonte vers Lui en l'espace d'un jour ayant la durée de mille ans, selon votre calcul. "80.23. Eh bien ! Que cet homme qui n'a pas encore accompli ce que Dieu lui a prescrit 80.24. considère aussi sa nourriture ! 80.25. Nous faisons pleuvoir en abondance, 80.26. puis Nous fendons profondément la terre 80.27. et Nous y faisons pousser des grains, 80.28. des vignes et des légumes, 80.29. des oliviers et des palmiers, 80.30. des jardins touffus, 80.31. des fruits et des pâturages, 80.32. pour vous en faire jouir, vous et vos troupeaux."  "54.49. En vérité, Nous avons donné une juste proportion à tout ce que Nous avons créé." "15.19. Nous avons étendu la terre, y avons implanté des montagnes et y avons fait pousser toute chose dans une proportion mesurée. 15.20. Nous l'avons dotée d'éléments nutritifs pour vous, et pour tant d'autres créatures dont vous n'êtes pas les nourriciers. 15.21. Et il n'est rien dont Nous ne détenions les trésors. Mais Nous ne les faisons descendre qu'en quantité déterminée".
"30.48. C'est Dieu qui envoie les vents qui soulèvent les nuages. Puis Il les étend dans le ciel, selon Sa volonté, en fragments, dont on voit sourdre la pluie qui provoque de la joie chez ceux de Ses serviteurs qu'Il a bien voulu faire bénéficier de cette ondée, 30.49. même si avant de recevoir cette pluie, ils étaient complètement désespérés."
"11.6. Il n'est point de créature sur Terre qui n'attende de Dieu sa pâture et dont Dieu ne connaisse le repaire et le lieu de sa mort, car tout est consigné dans un Livre explicite !" "42.49. À Dieu appartient le Royaume des Cieux et de la Terre. Il crée ce qu'Il veut. Il donne des filles à qui Il veut. Il donne des enfants mâles à qui Il veut, 42.50. ou à la fois des enfants, de sexes différents, et Il rend stérile qui Il veut. Il est Omniscient et Puissant." "56.62. Certes, vous connaissez la première création. Eh bien ! Que cela vous invite à réfléchir 56.63. D'abord aux terres que vous labourez. 56.64. Est-ce vous qui y faites germer les semences ou est-ce Nous qui les faisons lever? 56.65. Et si Nous voulions, Nous les dessécherions et vous en seriez réduits au désespoir 56.66. à crier à la ruine 56.67. et à la misère ! 56.68. Considérez également l'eau que vous buvez ! 56.69. Est-ce vous qui la faites descendre des nuages ou est-ce Nous qui la faisons précipiter? 56.70. Et si Nous l'avions voulu, Nous l'aurions rendue saumâtre. Pourquoi donc n'êtes-vous pas reconnaissants? 56.71. Et ce feu que vous faites jaillir? 56.72. Est-ce vous qui créez l'arbre qui l'alimente ou en sommes-Nous le Créateur?"

"10.22. C'est Lui qui dirige vos déplacements sur terre et sur mer. Et quand vous vous trouvez à bord d'un navire qui vogue au gré d'un vent favorable, tous les hommes qui y sont embarqués s'en réjouissent. Mais qu'une tempête survienne, déchaînant contre eux des vagues de toutes parts et les mettant en péril, aussitôt ils se mettent à implorer Dieu avec la plus grande ferveur en disant : ‘Si Tu nous sauves de ce péril, nous Te vouerons une vive reconnaissance !’ 10.23. Mais dès que Dieu les sauve, ils se remettent à commettre des injustices sur la Terre. Ô hommes, vos injustices ne retomberont que sur vous-mêmes ! Car, après de brèves jouissances en ce monde, c'est vers Nous que se fera votre retour, et Nous vous rappellerons alors tout ce que vous aurez fait ! 10.24. En vérité, la vie de ce monde est comparable à l'eau que Nous faisons descendre du ciel et grâce à laquelle toutes sortes de plantes dont se nourrissent les hommes et les bêtes s'entremêlent sur le sol. Et au moment où la terre revêt ainsi sa plus belle parure et s'embellit, les hommes s'imaginent qu'ils en sont les maîtres incontestés. C'est alors que Notre arrêt la frappe de nuit ou de jour, et les récoltes se trouvent anéanties, comme si cette végétation n'était pas florissante la veille. C'est ainsi que Nous exposons Nos signes pour ceux qui savent réfléchir. 10.25. Dieu appelle les hommes à la Demeure de la paix et guide qui Il veut vers la Voie du salut."
"27.60. N'est-ce pas Lui qui a créé les Cieux et la Terre? Qui fait descendre, pour vous, du ciel une eau par laquelle Nous faisons croître des jardins splendides, dont vous n'auriez jamais pu faire pousser les arbres? Y a-t-il donc une autre divinité avec le Seigneur? (...) 27.61. N'est-ce pas Lui qui a fait de la terre un lieu de séjour, qui l'a sillonnée de rivières, qui y a fixé des montagnes et qui a établi entre les eaux douces et les eaux salées une barrière? Y a-t-il donc une autre divinité avec Dieu? (…) 27.62. N'est-ce pas Lui qui exauce le malheureux qui L'implore, qui dissipe le mal et qui vous fait succéder les uns aux autres sur la Terre? Ou bien existe-t-il une autre divinité avec le Seigneur? Non, bien sûr ! Que vous êtes donc lents à réfléchir ! "
"56.58. Avez-vous réfléchi à la goutte de sperme que vous éjaculez? 56.59. Est-ce vous qui la créez ou en sommes-Nous le Créateur? 56.60. Nous vous avons prédestinés à la mort, et rien ne Nous empêchera."

Tout cela pour dire que Dieu intervient partout et à tout moment –pour le bien et pour le pire. Dieu gère le monde au quotidien et en temps réel. Il gère tout : depuis la pluie et la végétation, passant par la création du fœtus et tout le parcours de l’individu durant sa vie, jusqu’au sort des nations. "23.43. car aucune communauté ne peut ni avancer ni reculer le terme qui lui est imparti."

D’où l’importance de la relation entre le Créateur et la créature. Pour simplifier la chose, imaginant une relation d’amitié entre un grand empereur et son jardinier. L’empereur fait preuve de tendresse et de générosité à l’endroit du jardinier ; il le protège et lui procure une certaine assurance. Le jardinier, pour sa part, fait montre de respect total, de loyauté sans faille et même d’amour inébranlable envers son maître. Cette image est trop simpliste pour schématiser un peu la relation que devrait avoir un croyant vis-à-vis de Dieu. Mais du moins elle a le mérite de nous aider à comprendre que c’est de l’empereur que doit venir la protection et que le jardinier ne doit en aucun cas manquer de respect à son maître. Du moment où vous admettez que Dieu est votre maître, est le Seigneur, et que vous vous soumettez à Lui, avec tout le respect qui Lui est dû, vous êtes en droit d’aspirer à Sa protection. Même le coran parle de "tijara" (commerce) entre le croyant et le Seigneur. Vous honorez votre partie du contrat,  9.111. Et qui est plus fidèle à sa promesse que le Seigneur?
En vous soumettant au bon vouloir de Dieu vous faîtes inévitablement des sacrifices qui, en principe, devraient être récompensés et de surcroît par une compensation juste. Mais ce n’est pas parce que vous avez fait ce que Dieu vous a demandé de faire que vous mériteriez cette récompense. Il vous a déjà donné tant de choses ! La vie qu’Il vous a donnée n’a pas de prix. Un seul œil ou un seul bras ou un seul pied qu’Il vous a donné n’a pas de prix. Il vous a donné tout ça et plus sans le Lui avoir demandé. Et en plus de ça il y a une prime : le Paradis. Tout le monde aurait normalement droit au paradis s’il n’y avait pas une sorte de compétition. Vous voulez le paradis, eh ben, vous faites un effort, quand même ?


Et même après cette compétition, il faut rester humble. On est devant Dieu. Même ce fameux jardinier du grand empereur, pourrait-il demander une récompense ou quoique ce soit à son maître ? Ne suffit-il pas de se fier à la justice de Dieu ? Imaginez un tueur en série qui se repent et fait tout pour obtenir l’agrément de Dieu. Même la justice parfaite de Dieu ne saurait le sauver. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il est condamné à jamais et que Dieu ne lui pardonnera pas. On aura donc besoin de beaucoup plus que la justice de Dieu, de la grâce.

Le prophète nous dit que même lui n’entrerait pas en paradis parce qu’il le méritait pour avoir fait ceci et cela, mais c’est juste par faveur de Dieu de les fidèles –tous les fidèles– iront au paradis, pour la simple raison que le Seigneur est libre. « 21.23. Il n'a pas de compte à rendre de ce qu'Il fait. »

Et qu’Il n’a absolument pas besoin de « nos œuvres » –puisque… « 35.15. C'est vous les indigents qui avez besoin de Dieu, alors que Dieu est Celui qui Se suffit à Lui-même et qui est le Digne de louange. 35.16. S'Il veut, Il vous fera disparaître et vous remplacera par de nouvelles créatures. 35.17. Cela n'est pas difficile pour Dieu. » « 6.133. Ton Seigneur est Celui qui Se suffit à Lui-même et Il est le Maître de la miséricorde. S'Il veut, Il peut vous anéantir et vous remplacer par ce qu'Il voudra, tout comme Il vous a fait descendre de peuples divers. »

Si Dieu avait besoin de nos prières et louanges, pourquoi n’aurait-Il pas laissé en vie au moins les prophètes, les apôtres et les meilleurs fidèles de tous les temps ?

Justement, ces gens-là, et d’autres, qui ont atteint un certain degré de foi, eh ben, ils ne s’attendent pas à ce que Dieu les récompenses pour quoique ce soit.
« 31.12. Nous avons donné, en vérité, la sagesse à Luqmân, en lui disant : ‘Sois reconnaissant envers Dieu ! Car quiconque est reconnaissant l'est à son propre avantage, tandis que celui qui se montre ingrat, Dieu Se passera volontiers de sa gratitude, car Il est le Seul Digne de louange. »

Et s’ils demandent à Dieu de les admettre en paradis c’est parce qu’ils ont la conviction absolue qu’il n’y a d’autre alternative que l’enfer, et que Dieu sera visible de seuls les résidents du paradis. Selon le prophète, les fidèles verront Dieu de leurs propres yeux comme on voit la lune dans le ciel. De plus, ne pas demander une place au paradis pourrait s’assimiler à une forme de faveur faite à Dieu.

Alors que Dieu n’a absolument pas besoin de quoique ce soit, de qui que ce soit, et que, pour Lui, chaque bonne œuvre doit être dûment récompensée pour que ce ne soit pas vue comme une dette.


D’ailleurs, avant même de créer l’Homme, Dieu lui a déjà préparé sa demeure finale (au paradis). Le prophète nous informe que à chaque résident du paradis sera montrée sa place en enfer et à chaque résident de l’enfer sera montrée sa place au paradis. C’est à nous de choisir l’une ou l’autre. C’est justement cette liberté de choix, ne fusse-t-elle que théorique, qui fait de nous cette créature préférée de Dieu.

Dieu nous a donné un pouvoir immense pour nous accompagner dans notre aventure terrestre sans nous couper de Lui, en nous indiquant dès le départ que notre destination finale devrait être le paradis. Le premier Homme a vu ce paradis de ses propres yeux pour y avoir vécu un moment. Nous autres n’avons pas eu cette chance, et tant mieux pour nous. Ce ne serait pas facile pour quiconque d’être expulsé d’un si beau monde. Mais pour revenir, justement, à cette question de dessein de Dieu, de finalité derrière toute cette création, et l’expulsion de l’Homme du paradis pour l’installer sur terre, etc., on ne peut jamais les saisir ou comprendre complètement. Même si on se met à réfléchir dans la complexité on ne parviendra jamais à tout comprendre. On ne peut même pas comprendre qui a construit Stonehenge ni comment ni pourquoi, pourtant on voit ça sur terre et en Angleterre. On n’émet que des hypothèses.

D’ailleurs, ne peut-on pas imaginer que Dieu n’a même pas besoin d’avoir une finalité, du fait qu’Il est libre de ses actes et personne n’a le droit de Lui demander des comptes ! Cependant, le simple fait de se mettre à réfléchir le monde et la religion est en soi une partie de ce que devrait être la finalité. C’est à nous de deviner cette finalité, si finalité il y a.

Ce pouvoir de réfléchir qu’on a nous a aidé à accomplir une partie de notre mission : (…)

Nous nous sommes servis de cette terre où Dieu nous a placés : nous avons construit des villes et des royaumes, bâti de splendides civilisations, développé des systèmes politiques, économiques, sociaux.. Nous avons donné libre cours à notre imagination, avec toutes les inventions que nous connaissons, les technologies, les arts, les modes de vie, etc. Nous avons fait tout ça et plus, mais malheureusement, souvent, on rechigne à faire un pas de plus. Quand il s’agit de Dieu, on veut le soumettre à nos règles, Lui aussi. On veut Le vérifier, on veut le voir (…)

Or l’essence même de notre réflexion, de plus en plus sophistiquée, devrait normalement nous mener à transcender le visible pour tenter de percevoir l’invisible. Ce pouvoir immense dont Dieu nous a fait don, à savoir notre intelligence, serait-elle incapable de voir au-delà du visible ? A quoi bon donner à l’Homme toute cette incroyable intelligence s’il veut en plus de ça demander à voir ce que ses yeux n’ont pas la capacité de voir ? (…)
Ne suffirait-il donc pas à l’Homme de faire un effort de réfléchir le monde, de méditer tout ce qui est dans cet univers, en vue de connaitre Dieu à travers sa création sans devoir Le voir de près ou de loin ? Devrait-on connaitre tout sur le physique et la physionomie de William Shakespeare pour juger de son talent ? Sa création ne suffit pas ? Du moins on sait que William Shakespeare allait aux toilettes. Il était un mortel comme nous (…)

Quant à Dieu, (…)

Comment peut-on alors l’imaginer ? D’ailleurs, croire sans voir ne saurait être une atteinte à l’intelligence humaine. Dieu dit à l'Homme: (...)

Vous voyez.? Dieu qui se fie ici à l'intelligence de l'Homme, de chacun de nous. Il laisse à chacun de nous le soin d'évaluer sa capacité personnelle de se soumettre aux ordres et aux interdictions de Dieu.  Par ailleurs, il n'y a pas que le monde (tout ce qui est en dehors de l'individu) pour nous mener à connaître Dieu. Il y a aussi la relation "personnelle" entre le fidèle et le Seigneur. Quand Dieu nous éprouve, quand on traverse des épreuves, on découvre des choses, plus intimes, que nous ne pouvons pas voir dans le monde autour de nous. Des gens voient des choses dans des rêves qui se concrétisent dix ans, vingt ans, plus tard et la science, qui veut tout mettre sous le microscope, ne peut pas expliquer ça. Au début, nos faiblesses (chômage, maladie, etc.) ou nos peurs (de la pauvreté, de la mort, etc.) nous mettent sur le chemin de Dieu, nous emmènent vers Lui, malgré nous; mais, petit à petit, nous découvrons des choses que nous ignorions sur nous-même et sur le monde. Et voilà comment on se met à "voir" cet invisible Dieu; on se contente sciemment et volontairement de croire, jusqu'à ce que croire se confonde et devienne un avec connaître. Dieu dit : (...)

Il ne suffit donc pas de seulement croire, il faut savoir. Dès qu'on a franchi cette barrière qui nous séparait de Dieu, on devient sorte d'ami protégé de Dieu. Respect et soumission contre protection et amour réciproque.

On va donc dans la voie tracée par Dieu et l'on évite d'emprunter toute autre voie. (...)

Le problème c'est qu'il y a énormément de voies, toutes attribuées, à tort ou à raison, à Dieu. Laquelle devrait-on emprunter? On ne peut compter les divinités auxquelles on attribue le privilège d'avoir créé le monde. Logiquement, il ne peut y avoir plus d'un seul et unique créateur. Quand on se met d'accord sur un seul et unique créateur, on lui attribue plusieurs religions ou cultes. Quand on se met d'accord sur un seul culte on diverge sur les détails, on parle de plusieurs versions du même culte que l'on attribue toutes au même Dieu. Malgré les guerres et les catastrophes qu'ont toujours causées ces divergences, il y a toujours parmi nous des adeptes de ce culte ou de celui-là, de cette version du culte ou de celle-là. A un moment de l'histoire, le tiers de la population allemande a été décimé dans des guerres de religion. Pourtant, un des partis politiques allemands les plus influents porte toujours l'attribut "chrétien". De même, en Angleterre, dont la moitié de l'histoire est faite de guerres religieuses, on dit encore "God Save the Queen". Même le président des Etats-Unis dit "God bless America". Même le commun des mortels dans bon nombre de ces contrées où l'on s'est tué pour Dieu on se baptise toujours et encore, et on est inhumé selon des rites religieux. Mieux encore, la religion aura de plus en plus d'importance dans nos vies pour au moins un siècle, sinon plus. On se rappellera du Hijab Day comme tout sauf une blague. Il faut donc se positionner par rapport à cette réalité. Il faut choisir. Que l'on choisisse de changer la religion de son père ou de la garder, ce n'est pas toujours facile à assumer. Pour ne parler que de moi-même, il y a bien des musulmans comme moi pour qui je passerais pour un impi pour la simple raison que je ne porte pas une barbe et que je m'habille d'une façon autre que la leur. Alors comment on fait? Eh ben, on choisit, chacun selon ses convictions personnelles, et on assume son choix. Nos choix, actifs ou passifs, libres ou subis, peuvent nous éloigner les uns des autres comme ils peuvent nous rassembler là où notre intelligence humaine ne peut que nous rassembler. Quand des scientifiques juifs, par exemple, tentent, dans leurs écrits, de comprendre ou d'expliquer le dessein de Dieu, quand ils parlent de la beauté et de l'harmonie du monde, ils ne s'éloignent pas trop de ce qu'écrirait sur les mêmes sujets un érudit chrétien ou musulman, catholique ou protestant, sunnite ou chiite, du XXI siècle ou du XVI siècle. Tous veulent connaitre ce formidable Dieu devant qui ils se prosternent volontiers dans le plus grand émoi, incapables d'imaginer comment Il est ou comment Il pourrait être. Ils s'en foutent. Ils sont déjà éblouis  par la beauté et la magnificence que d'autres mortels n'arrivent pas à voir, ou ne veulent pas voir, dans ce monde. C'est cette quête de connaissance de Dieu qui est à la base de toute la Création de Dieu. Plus que de Le vénérer, Dieu veut qu'on Le connaisse. Dieu ne nous interdit pas de nous poser des questions. Au contraire, nos questionnements ne peuvent nous mener qu'à Lui.A nous de voir ce qui est dans nous et au-delà de nous. (...)
(...)
(...)

Nous sommes invités à faire usage de notre intelligence, de discerner le vrai du faux. Comme a dit le prophète, Dieu est beau et Il aime la beauté. A nous de voir cette beauté dans l'humain, dans les oiseaux, dans les ruisseaux, dans les animaux, dans le ciel étoilé, dans la mer, dans la poésie,  dans la musique, dans les arts, dans nos habits, dans nos différences physiques, culturelles, civilisationnelles et autres. A nous de voir comment Dieu nous a donné la chance et les sens pour sentir cette beauté dans toutes ses formes.  

Si on est capable de voir l'ingéniosité  dans la création d'un peintre ou d'un musicien, ne peut(on pas voir l'ingéniosité dans la création de Dieu? Devrait-on se contenter d'être inspiré par des oiseaux pour faire des avions et ne pas voir la main de Dieu dans les beaux plumages de ces mêmes oiseaux, dans leurs incroyables migrations? Devrait-on se contenter de distinguer les couleurs et les formes et leur donner des noms et ne pas penser à l'ingéniosité de Dieu dans toutes ces couleurs et ces formes? 
(...)

C'est ça le coran. C'est ça l'Islam. Du moins, l'Islam a le mérite d'avoir un livre saint issu directement de Dieu qui nous permette de le mieux connaitre, de nous approcher davantage de Lui, que l'on soit musulman, juif ou chrétien, que l'on soit sunnite ou chiite. Il suffit d'avoir un coeur et une cervelle. (...)

On est tous des humains. On est tous fragiles. On a les mêmes peurs, les mêmes aspirations. On a les mêmes yeux pour regarder la beauté du monde. On a les mêmes coeurs pour aimer Dieu et pour sentir nos fragilités. La faim est la même pour tous. Le chômage est le même pour tous. La mort est la même pour tous. La compassion est la même pour tous. Dieu est le même pour tous.




Nos yeux n’ont pas toujours la même couleur. Même les yeux de même couleur ne sont pas identiques. Pourquoi ? Eh ben, c’est parce que Dieu a voulu que chacun soit un être à part entière, peu importe ses croyances. Il t’a donné ta propre emprunte digitale et ta propre emprunte oculaire, et ce n’est pas parce que tu es chrétien, musulman ou bouddhiste. Il t’a donné ta propre voix, ton propre cœur, ta propre cervelle, ta propre vie. Du moins en Islam, tu peux Lui parler directement. Nul ne s’intercalera entre toi et Lui. Tu peux Le prier en public ou en privé. Tu peux expérimenter, tu peux prendre ton temps pour le connaitre, et que ça prenne le temps qu’il faudra, pour te repentir, pour t’approcher de Lui. Il est toujours là. Il est là pour toi, non pas pour Lui. Tout ce qu’il faut c’est un peu de modestie. 

Le coran nous donne d'incroyables leçons de modestie. Dieu ordonna au prophète de dire aux mécréants de son temps:
(...)
(...)
Dieu dit de Lui-même qu’Il (…) !
N’est-ce pas pour les nécessiteux parmi nous que Dieu (…)
« accepte la charité » ? Les infidèles du temps du prophète disaient (…)
Sans aucun doute, Dieu pourrait, s’Il le voulait, faire en sorte qu’il n’y ait ni pauvre ni mendient, ni veuve ni orphelin, ni guerre ni famine. Mais quel serait notre mérite, nous humains, si on ne faisait pas preuve de notre humanité ? Quel intérêt aurait Dieu à causer des tremblements de terre, des sécheresses, des inondations, des éruptions de volcans, des crises économiques, etc. ? Est-ce pour s’amuser qu’Il fait ça ? (…)




Pourquoi, dans de telles épreuves, on voit d’incroyables entre-aide, solidarité, compassion, et en même temps, on voit des voleurs et des pilleurs ? Pourquoi, dans des temps de guerres, on voit ceux qui égorgent des innocents, qui violent des femmes, et, en même temps, on voit des gens qui prennent des risques inouïs pour sauver des vies humaines ?   
 C’est toute la différence entre le paradis et l’enfer, entre les gens du paradis et les gens de l’enfer, entre les amis de Dieu et les amis de Lucifer.  Pourquoi ne devrait-on donc pas voir dans de telles épreuves et dans nos propres problèmes personnels sorte d’alerte, de rappel que nous avons peut-être oublié un peu trop le fait que nous ne sommes que de passage sur cette terre et qu’il est grand temps que l’on se prépare à la vie éternelle ? Ne devrait-on pas remercier Dieu de nous choquer, de nous bouleverser, de nous pousser à l’extrême, de nous éprouver par tous les moyens, de nous gêner dans nos vies personnelles, à fin de nous rappeler qu’Il a préparé pour nous un bien meilleur monde, beau et éternel, et que nous devons faire quelque chose pour pouvoir y accéder ?

Dieu a créé le paradis avant de créer l’Homme. Il a créé la beauté sublime avant de créer le désastre. C’est l’Homme qui a osé tuer l’Homme. Un homme a tué son frère pour une histoire de jalousie. Cette même jalousie qui fait encore la guerre et met sur la route des millions de réfugiés. (…)
C’est à nous, humains, de voir ce qui va mal chez nous. Ce n’est pas Dieu qui brûle des centaines de tonnes de blé ou les jette à la mer pour faire augmenter les prix.
(…)
(…)
Ce n’est pas Dieu qui a imposé à quiconque d’opter pour le nucléaire ou à permis à quiconque d’exploiter les gens. Dieu fait en sorte que la pluie tombe pour faire du blé même là où l’on ne vénère pas. Dieu ne conditionne pas ce qu’Il donne à la foi ou aux louanges. L’air est gratuit pour tout le monde. Le soleil est gratuit pour tout le monde. La vie est gratuite pour tout le monde. Que demander plus ? (….)
Dieu nous a montré la voie. Il nous a montré le bien et le mal. Il nous a fait un très beau monde qu’on a pollué de nos propres aveux. Il nous a tout donné. Ne devrait-on pas Lui dire MERCI ?
(…)
(…)

(…)

"22.5. Ô hommes ! Si vous êtes dans le doute au sujet de la Résurrection, sachez que c'est Nous qui vous avons tirés de terre, puis d'une goutte de sperme, puis d'une adhérence, puis d'un embryon dont une partie est déjà formée et une autre non encore formée. C'est ainsi que Nous vous donnons une idée de Notre puissance. Nous maintenons dans les matrices ce que Nous voulons jusqu'au terme fixé, pour vous en faire ensuite sortir à l'état de bébé, et vous atteindrez ainsi plus tard votre maturité. Il en est parmi vous qui meurent encore jeunes, tandis que d'autres arrivent jusqu'à l'âge de la décrépitude au point de ne plus se souvenir de ce qu'ils savaient.



Wednesday, June 22, 2016

Du'a (Supplications)

Unto You, O Allah, belongs the sovereignty of the heavens and the earth. You create what You will. You bestow female offspring upon whom You will, and bestow male offspring upon whom You will; or You mingle them, males and females, and You make barren whom You will. To You, O Lord, I turn and pray. I beg Your pardon. 

I know that there is no God save You, O Allah. You are Guardian over all things. You take care of all things. You have chosen no son nor have You any partner in the sovereignty. You have created everything and have meted out for it a measure. And You are the Forgiving, the loving, Lord of the Throne of Glory, Doer of what You will. You are Able to do all things, and You surrounded all things in knowledge. Power belongs wholly to You, and unto You belongs the sequel of all things. You bring Your command to pass. Your command, when You intend a thing, is only that You say unto it: Be! and it is. Glory be to You in Whose hand is the dominion over all things! Unto You belongs whatsoever is in the heavens and whatsoever is in the earth, and whatsoever in between them, and whatsoever is beneath the sod. No slumber can seize You nor sleep. Your Throne does extend over the heavens and the earth. You make none to share in Your government. And there is not a beast in the earth but the sustenance thereof depends on You, O Allah. Not an animal but You do grasp it by the forelock! Who is he who can preserve us from You if You intended harm for us, or intended mercy for us ? All that are in the heavens and the earth entreat You. Every day You exercise universal power. Glory be to You ! To You, O Lord, I turn and pray. I beg Your pardon. 



Is it not unto You, O Allah, that belongs whosoever is in the heavens and whosoever is in the earth? You bestow upon us secretly and openly. I ask You, therefore, of Your bounty. For You are of infinite bounty. You enlarge livelihood for whom You will, and straiten it for whom You will. And You give without stint to whom You will. If You touch me with affliction, there is none that can relieve it save You, O Allah, and if You touch me with good fortune there is none that can impair it; for You are Able to do all things. You are the Omnipotent over Your slaves, and You are the Wise, the Knower. Nobody owns provision for me but You. So I seek my provision from You only, O Allah! You supply both believers and disbelievers from Your bounty. And Your bounty can never be walled up. O Lord! Give unto us in the world that which is good and in the Hereafter that which is good, and guard us from the doom of Fire. 

O Lord! You will no injustice to Your creatures. You wrong not even of the weight of an ant; and if there is a good deed, You will double it and will give the doer from Your presence an immense reward. O Allah ! You never wrong mankind in anything, but mankind wrong themselves. I wronged my own soul. Even though You tried me in my property and in my person, whatever of misfortune strikes me, it is what my right hand has earned. But who will forgive my sins save You, O Allah? You it is Who accepts repentance from his bondmen , and pardons the evil deeds. And You forgive much. You even change evil deeds to good deeds. My Lord! Forgive and have mercy, for You are best of all who show mercy. 

My Lord! You are of vast mercy. You are best aware of me from the time when You created me from the earth, and when I was hidden in the belly of my mother. I know You accept only from those who ward off evil. I know You change not the condition of a folk until they first change that which is in their heart. That is because You never change the grace You have bestowed on any people until they first change that which is in their hearts. And I would not ascribe purity unto myself. You are best aware of him who wards off evil. But I know also that You would turn to us in mercy; You would make the burden light for us. I know You would not place a burden on us, but You would purify us and would perfect Your grace upon us, that we may give thanks. I know that You task not a soul beyond its scope. And I know that You forgive all sins! You are the Forgiving, the Merciful. Shall I, then, despair of Your mercy? 

O Lord! You comprehend all things in mercy and knowledge. I know that You know what is in my mind, and I know that You are Forgiving, Clement. You know what my soul whispers to me; I know that I utter no word but there is with me an observer ready. I perform no act but You are Witness of me when I am engaged therein. And not an atom's weight in the earth or in the sky escapes You, O Lord. Not a leaf falls but You know it. You know the traitor of the eyes, and that which the bosoms hide. You know that which goes down into the earth and that which comes forth from it, and that which descends from the heaven and that which ascends into it. And You are with us wheresoever we may be. You are Seer of what we do. To You, O Lord, I turn and pray. I beg Your pardon. 

You said, O Lord, to Your beloved Prophet: "And though thou try much, most men will not believe." "And most of them believe not in Allah except that they attribute partners (unto Him)." And You said, O Lord: "(It is) the truth from the Lord of you (all). Then whosoever will, let him believe, and whosoever will, let him disbelieve." I want to believe, O Lord ! I want to be a slave of Yours. I want to be near You. But I will not unless it be that You will. Whether I like it or not, I belong to You. And I like to belong to You. I like to be a slave of Yours. There is none in the heavens and the earth but comes unto You as a slave. You know us and numbered us with right numbering. And each one of us will come unto You on the Day of Resurrection, alone. I want to be a slave of Yours here, before the Day of Resurrection. I want to be a slave of Yours every day of my life. 

I know You are not a tyrant to Your slaves. Had it not been for Your grace and Your mercy unto us, not one of us would ever have grown pure. But You cause whom You will to grow. For You are Hearer, Knower, O Allah. If it had not been for Your grace and Your mercy we would have followed Satan, save a few of us. You called all of us to come into submission unto You and not follow the footsteps of the devil. Here I am coming into submission unto You, but the devil is always there. Help me turn away from him for good. I want to be with You, not with him. I want to be a slave of You, not of him. I would not choose him and his seed for my protecting friends instead of You. I know Satan cannot harm me at all unless by Your leave. So I seek refuge in You from him and his suggestions. I beg You not to assign unto me a devil who becomes my comrade, who makes my work fair seeming unto me and debars me from the way of Truth. Bring me close to You, O Allah, and drive Satan and his seed away from me. 

O Lord ! whenever You try man by honouring him, and are gracious unto him, he says: My Lord honoured me. But whenever You try him by straitening his means of life, he says: My Lord despised me. I am sorry for what I said. I regret what I hid in my heart and mind. I wronged myself, O Lord, and I beg Your pardon. 

If I am thankless, yet You are Independent of me. But I thank You willingly and knowlingly and make myself a slave of Yours. I know I cannot outstrip You. I know You are the Omnipotent over Your slaves. I don’t even know what I will earn tomorrow or in what land I will die. I know I shall never be secure from Your scheme. But You promised us forgiveness from You with bounty. I beg Your forgiveness and bounty, O Allah. 

O Allah, if You promised us something, You promised us a promise of truth. Satan the outcast will only promise us, and then fail us. I know Satan has no power over those who believe and put trust in You, O Lord. His power is only over those who make a friend of him. O Lord, purify my belief and strengthen my trust in You. Appoint for me a light wherein I shall walk, and forgive me. Help me walk aright and add to my guidance and give me my protection against evil. Appoint for me love, and endear the faith to me and beautify it in my heart and make disbelief and lewdness and rebellion hateful unto me. Make the Quran a healing and a mercy for me, a balm for that which is in my breast, a light whereby You guide me unto paths of peace. Bring me out of darkness unto light and guide me unto a straight path. 

My Lord, save me from my own greed, and help me make my faith pure for You only. Help me serve You only. Let me not be of those who seek to hide from men and seek not to hide from You, O Allah. Let me not be of those who say that which they do not, or those who enjoin righteousness upon mankind while they themselves forget to practise it. Let me not be of those who worship You upon a narrow marge so that if good befalls them they are content therewith, but if a trial befalls them, they fall away utterly. Let not the life of the world beguile me. Let me not be of those for whom the evil that they do is beautified while they follow their own lusts. Let me not be of those who chose for their gods their own lusts! Let me not be of those whose effort goes astray in the life of the world and yet they reckon that they do good work. Let me not be like him who goes groping on his face, but like him who walks upright on a beaten road. Let me be one of those who seek the abode of the Hereafter in that which You have given them and do not neglect their portion of the world and are kind to others even as You have been kind to them. 

O Lord, guide my steps and light my way ! Lead me unto Your satisfaction and be pleased with me. Accept my work and lead me unto the abode of peace. I have no Lord but You. 

I don’t want to eat and enjoy life and let false hope beguile me. I know that the life of this world is only play, and idle talk, and pageantry, and boasting among us, and rivalry in respect of wealth and children. I know this life of the world is but a pastime and a game. That which we have wastes away, and that which You have, O Allah, remains. 

O Allah, You give us of all we ask of You, and if we would count Your bounty we cannot reckon it. I will never reckon Your favour. I just say thank You, O Lord ! You brought me forth from the womb of my mother knowing nothing, and gave me hearing and sight and a heart that haply I might give thanks. I thank You so much, O Lord ! I know that whatever of comfort I enjoy, it is from You. Thus do You perfect Your favour unto me, in order that I may surrender unto You. I do surrender unto You, O Allah, and I coin not similitudes for You. You know; I know not. 

My Lord! You are Independent of me; I cannot be independent of You. I entreat You like all that are in the heavens and the earth entreat You. I am but one of Your bondmen. To You, Alone, I turn for mercy. I beg Your pardon. You it is Who accepts repentance from his bondmen, and pardons the evil deeds, and knows what we do. 

How can't I   fear You, O Allah? My heart fears you in secret, whatever my right hand has earned. I am the poor in my relation to You, O Allah. You are the Absolute, the Owner of Praise. I would only call on You in fear and hope. I know there is no protecting friend nor defender nor intercessor nor will I find refuge beside You, O Allah. You are the Protecting Friend of those who believe, of those who ward off evil. You befriend the righteous, and You are with those who keep their duty unto You. You are the Protecting Friend, the Praiseworthy. Let me be one of the righteous and be my Protecting Friend. Help me keep my duty unto You. Let me not be easy prey for Satan. I love You, not Satan. I want You, not Satan. 

You say, O Allah: "with hardship goeth ease; Lo! with hardship goeth ease", and who is more true in statement than You, O Allah? Who fulfils His covenant better than You, O Allah? You have apportioned among us our livelihood in the life of the world, and You have exalted some of us in rank above others that You may try us by the test of that which You have given us. No calamity befalls us save by Your leave. And whosoever believes in You, O Allah, You guide his heart. O Lord, do guide my heart. Fill it with enough belief so that I may strongly believe that that which You open unto us of mercy none can withhold it; and that which You withhold none can release it thereafter. Let me not be of those who follow but a guess and that which they themselves desire. Let my belief be knowledge. Let my heart find rest in the remembrance of You. Remit from me my evil deeds and make my course easy for me. 

My Lord! Appoint a way out for me, and give me in exchange safety after my fear. Make me not grieve for the sake of that which has escaped me, and make me not exult because of that which You have given me. Make not pride take me to sin, and give me my protection against evil. Let the angels be my protecting friends in the life of the world and in the Hereafter. I am of those who surrender unto You, O Allah.

Ameen

Muhammad



For love some people lost their lives. Others went bankrupt. Some became philosophers. Others went mad. Some wrote books. Others versified. Some hated the whole world save the beloved. Others loved the whole world and above all Him Who created it.

From inside the trenches, surrounded by the smell of blood and the fear of an unseen enemy, young soldiers wrote home to say how much they missed the smile of their women (wives and fiancées), how much they longed to go back home and kiss their lips and fondle their breasts.

From the plane taking them far away, some pick up their mobiles and say to that dear person back at home, “Don’t forget, Katy. I love you. See you soon.”

Some stop somewhere to pick and choose a postcard and words to write on the back of the postcard. Others buy flowers or pullovers or whatever they think would make their beloved happy. Others just don’t bother to buy anything. Not because they are mean. But simply because they cannot find anything that would translate what they feel more than a smile from the bottom of the heart or a tear long held back.

For love some get so happy that they start doing what they never did before. Mean people become generous. Proud people become humble.

But not all people love people. Some people love things rather than people, or maybe both. “Beautified for men is the love of things they covet; women, children, much of gold and silver (wealth), branded beautiful horses, cattle and well-tilled land. This is the pleasure of the present world’s life.” (Al-Imran: 14) This kind of love brought in the past and still brings today hate and war.


To avoid that some people love both people and God. The Prophet Muhammad was one of them. The Prophet Muhammad was not sent to terrorize people, but to save them and love them. If he did fight, it was only against those who wanted to deprive others of the chance to know and love and be loved by their true God.

The Prophet Muhammad was offered the opportunity to be the Bill Gates of his time, but he just refused to “seize” that opportunity, while he was God’s beloved N° 1. The Prophet Muhammad slept on a harsh bed, lived on bread and dates, and once he had to roam the streets at night simply because he felt too hungry to stay at home.

The Prophet Muhammad was anything but un-ambitious, he whose followers managed to build great (ambitious) empires. He could have made for himself a heaven on earth had he so willed, even if it meant waging bloody wars. But he believed that “And whatever you have been given is an enjoyment of the life of (this) world and its adornment, and that (Hereafter) which is with Allah (God) is better and will remain forever.” (al-Qasas: 60) “Whatever is with you, will be exhausted, and whatever is with Allah (God) (of good deeds) will remain. And those who are patient, We will certainly pay them a reward in proportion to the best of what they used to do.” (an-Nahl: 96) “See how We prefer one above another (in this world), and verily, the Hereafter will be greater in degrees and greater in preferment.” (al-Isra: 21) “Blessed is He Who, if He wills, will assign you better than (all) that –Gardens under which rivers flow (Paradise) and will assign you palaces (i.e. in Paradise).” (al-Furqan: 10)


The Prophet Muhammad (pbuh) wanted to be with al-Masakeen “the have-nots”, not with the rich. He wanted to be a man of the masses, not of the elite. He wanted to set an example. Once a governor came before Caliph Umar Ibn al-Khattab and offered him cakes. Umar said to him: “Do all people in your region eat such good cakes?” How on earth could a close companion of the Prophet Muhammad eat cakes which only the haves could afford?

God said: “Say (O Muhammad to mankind): “If you (really) love Allah (God) then follow me (i.e. accept Islamic Monotheism, follow the Koran and the Sunnah), Allah (God) will love you and forgive you your sins. And Allah (God) is Oft-Forgiving, Most-Merciful.” (al-Imran: 31)

If ordinary followers of the Prophet Muhammad loved God, how much more could the Prophet Muhammad’s love for God be? Well, it was boundless, and it was reciprocated.

Once Aiysha Ummu al Mumineen asked her husband, the Prophet Muhammad (pbuh), why he tired himself so much with keeping extra unbearable duties to God while all his past and future sins were forgiven. The Prophet replied: “Why shouldn’t I be a grateful slave (vis-à-vis God)?”

The Prophet Muhammad did not love God only. He loved people too. He wanted to save them all. And he suffered so much for that love for people. God said to him: “So destroy not yourself (O Muhammad) in sorrow for them. Truly, Allah (God) is the All-Knower of what they do!” (Fatir: 8) “Perhaps, you would kill yourself (O Muhammad) in grief, over their footsteps (for their turning away from you), because they believe not in this narration the Koran).” (al-Kahf: 6) “Verily you (O Muhammad) guide not whom you like, but Allah (God) guides whom He wills. And He knows best those who are the guided.” (al-Qasas: 56)


Now we only speak of human rights. We seldom –if ever_ speak about God’s right. What are God’s rights? At least one has to do this for God. “But seek, with that (wealth) which Allah (God) has bestowed on you, the home of the Hereafter, and forget not your portion of lawful enjoyment in this world; and do good as Allah (God) has been good to you, and seek not mischief in the land. Verily, Allah (God) likes not the Mufsidun (those who commit great crimes and sins, oppressors, tyrants, mischief-makers, corrupters.” (al-Qasas: 77)

Yes, and do good as Allah (God) has been good to you. God said to the Prophet Muhammad: “Did He not find you (O Muhammad) an orphan and gave you a refuge? And He found you unaware (of the Koran, its laws and Prophethood) and guided you? And He found you poor and made you rich (self-sufficient with self-contentment)? Therefore, treat not the orphan with oppression. And repulse not the beggar. And proclaim the Grace of your Lord (i.e. the Prophethood and all other Graces).” (ad-Duha: 6-11)

And that’s just what the Prophet Muhammad did, if not more. He took care of the orphans and the destitute and he proclaimed the bounty of God on him. How could he have done otherwise, he to whom God said: “And We have sent you (O Muhammad) not but as a mercy for the Alamin (mankind, jinn and all that exists)”? (al-Anbiya: 107)

God wants to bestow His Mercy on all mankind. “Why should Allah (God) punish you if you have thanked (Him) and have believed in Him. And Allah (God) is Ever All-Appreciative (of good), All-Knowing.” (an-Nisa: 147)

Some people -in fact, many people- just don’t care of God. “And when it is said to them: “Prostrate yourselves to the Most Gracious (Allah) (God)! They say: “And what is the Most Gracious? Shall we fall down in prostration to that which you (O Muhammad) command us?” And it increases in them only aversion.” (al-Furqan: 60)


And yet God did not take away His bounty from mankind. For his ingratitude, Man should be -shouldn’t he?- subjected to the worst ordeals. But there are innocent creatures that have no hand in Man’s ingratitude. The Prophet Muhammad said: “Were it not for children and animals God would cut off the rain (i.e. as a punishment to the infidel).” But as the Koran has it, “But verily, your Lord is full of Forgiveness for mankind in spite of their wrong-doing.” (ar-Ra’d: 6) “And He is Oft-Forgiving, full of love (towards the pious who are really true believers of Islamic Monotheism).” (al-Buruj: 14)

God bestows His bounty not only on the faithful but also on the infidel. “On each -these as well as those- We bestow from the Bounties of your Lord. And the Bounties of your Lord can never be forbidden.” (al-Isra: 20)

But Man often misinterpret God’s Bounty. Indeed, some are adamant that there is no such thing as God’s Bounty or God (period). They believe that whatever material things they have are the sole result of their own work and the logical pay for the sweat of their brow and God just has nothing to do with that all.

God said: “And were it not that mankind would have become of one community (all disbelievers desiring worldly life only), We would have provided for those who disbelieve in the Most Gracious (Allah) (God), silver roofs for their houses, and elevators whereby they ascend, And for their houses, doors (of silver), and thrones (of silver) on which they could recline, And adornments of gold. Yet all this (i.e. the roofs, doors, stairs, elevators, thrones of their houses) would have been nothing but an enjoyment of this world. And the Hereafter with your Lord is (only) for the Muttaqun.” (az-Zukhruf: 33-35)

The material world is most often irresistible. Even good people living in pious environments are sometimes dazzled by the glamour of life in this world. This happened even to some of the Prophet Muhammad’s wives. “O Prophet (Muhammad)! Say to your wives: “If you desire the life of this world, and its glitter, then come! I will make a provision for you and set you free in a handsome manner (divorce). But if you desire Allah (God) and His Messenger, and the home of the Hereafter, then verily, Allah (God) has prepared for Al-Muhsinat (good-doers) amongst you an enormous reward.” (al-Ahzab: 28-29)

In that other life God has prepared for the lucky who will go there “what no eye has ever seen nor anyone has ever imagined”, as the Prophet said. “No person knows what is kept hidden for them of joy as a reward for what they used to do.” (as’Sajdah: 17) “Is there any reward for good other than good?” (ar-Rahman: 60)

But even there in that other life there is the elite. “And whoso obey Allah (God) and the Messenger (Muhammad), then they will be in the company of those on whom Allah (God) has bestowed His Grace, of the Prophets, the Siddiqun (those followers of the Prophets who were first and foremost to believe in them, like Abu Bakr As-Siddîq), the martyrs, the righteous. And how excellent these companions are!” (an-Nisa: 69)

Members of that elite need not write down their epic autobiographies to boast of their (real and fictitious) heroic deeds. They have an angel each to write that biography for them. And then there’s Illiyyun. “Nay! Verily, the Record (writing of the deeds) of Al-Abrar (the pious and righteous) is (preserved) in Illiyyun. And what will make you know what Illiyyun is? A Register inscribed, To which bear witness those nearest (to Allah (God), i.e. the angels).” (al-Mutaffifin: 18-21)


That is the best -nay the real- glory that should be hankered after. The list is still open and everyday new souls win a seat with the elite. Those are who have an example set already, a role model that can never be excelled: the Prophet Muhammad, to whom God said: “And Verily, you (O Muhammad) are on an exalted (standard of) character.” (al-Qalam: 4)

Those people who are after the sublime glory know that the only way they could get it is by loving God and worshipping Him more than anyone else they know. “If you (really) love Allah (God) then follow me (i.e. accept Islamic Monotheism, follow the Koran and the Sunnah), Allah (God) will love you and forgive you your sins. And Allah (God) is Oft-Forgiving, Most-Merciful.” (al-Imran: 31)


When you love somebody you keep saying his name and thinking of him all the time, and so do those who love God. “Those who remember Allah (God) (always, and in prayers) standing, sitting, and lying down on their sides, and think deeply about the creation of the heavens and the earth, (saying): “Our Lord! You have not created (all) this without purpose, glory to You! (Exalted are You above all that they associate with You as partners). Give us salvation from the torment of the Fire.” (al-Imran. 191)

If those people do anything for other people they do it for love, not for money. “And they give food, in spite of their love for it (or for the love of Him), to the Miskin (the poor), the orphan, and the captive, (Saying): “We feed you seeking Allah’s Countenance only. We wish for no reward, nor thanks from you. Verily, We fear from our Lord a Day, hard and distressful, that will make the faces look horrible (from extreme dislike to it). So Allah (God) saved them from the evil of that Day, and gave them Nadrah (a light of beauty) and joy. And their recompense shall be Paradise, and silken garments, because they were patient. Reclining therein on raised thrones, they will see there neither the excessive heat of the sun, nor the excessive bitter cold, (as in Paradise there is no sun and no moon). And the shade thereof is close upon them, and the bunches of fruit thereof will hang low within their reach. And amongst them will be passed round vessels of silver and cups of crystal- Crystal-clear, made of silver. They will determine the measure thereof (according to their wishes). And they will be given to drink there of a cup (of wine) mixed with Zanjabil (ginger), A spring there, called Salsabil. And round about them will (serve) boys of everlasting youth. If you see them, you would think them scattered pearls. And when you look there (in Paradise), you will see a delight (that cannot be imagined), and a great dominion. Their garments will be of fine green silk, and gold embroidery. They will be adorned with bracelets of silver, and their Lord will give them a pure drink. (And it will be said to them): “Verily, this is a reward for you, and your endeavour has been accepted.” (al-Insan: 8-22)

What more could a sane human being aspire to? But not all people agree. Only the wise believe in that. Suffice it to say that they are wise. “He grants Hikmah to whom He pleases, and he, to whom Hikmah is granted, is indeed granted abundant good. But none remember (will receive admonition) except men of understanding.” (al-Baqarah: 269)

That’s the wisdom that made the Prophet Muhammad (pbuh) say to his companion Bilal: “Do call for prayer so that we soothe ourselves (by praying)!”

Prayer is a daily meeting between God and His slave, between the willing believer and his Master. It’s a time when a lover can speak to his beloved direct.

Some go to Haj (the Holy places) to join millions of pilgrims from all over the world in a phenomenal choir, all chanting the same words to please the same God.

The door is not closed yet. Even those who, put off by their sophisticated knowledge, cannot yet take the first step may still hope that one day -why not?- God will worm His way into their heart to cleanse it and adorn it with impeccable faith, so that they can one day -why not?- stand before Him, there in the other life, and say: “Praises to You God and thanks to You God for saving me!”

“Shall We then (warn you not and) take away the Reminder (this Koran) from you, because you are a people Musrifun”? (az-Zukhruf: 5)

“Has there not been over man a period of time, when he was not a thing worth mentioning?” (al-Insan: 1) “Verily, We have created man from Nutfa (drops) of mixed semen (sexual discharge of man and woman), in order to try him: so We made him hearer and seer.” (al-Insa: 2) “Then let man look at his food: We pour forth water in abundance. And we split the earth in clefts. And We cause therein the grain to grow, And grapes and clover plants (i.e. green fodder for the cattle), And olives and date-palms, And gardens dense with many trees, And fruits and herbage (to be) a provision and benefit for you and your cattle.” (Abasa: 24-32) “Does not man see that We have created him from Nutfa. Yet behold he (stands forth) as an open opponent. And he puts forth for Us a parable, and forgets his own creation. He says: “Who will give life to these bones after they are rotten and have become dust? Say (O Muhammad): “He will give life to them Who created them for the first time! And He is the All-Knower of every creation!” (Ya-Sin: 77-79) “Does he promise you that when you have died and have become dust and bones, you shall come out alive (resurrected)? Far, very far is that which you are promised! There is nothing but our life of this world! We die and we live! And we are not going to be resurrected!” (al-Mu’minun: 35-37)


The Prophet Muhammad tells us that God divided His Mercy into one hundred parts and He placed one part of it (i.e. 1%) on earth and it’s with this one part that all people and all animals are merciful towards one another, and God kept the other ninety-nine parts of His Mercy for the Last Judgement.

Doesn’t this Most-Merciful, All-Merciful God deserve to be listened to and worshipped and loved?

God said: “Allah (God) wishes to lighten (the burden) for you; and man was created weak (cannot be patient to leave sexual intercourse with woman).” (an-Nisa: 28) “verily, your Lord is of Vast Forgiveness. He knows you well when He created you from the earth (Adam), and when you were foetuses in your mothers’ wombs. So ascribe not purity to yourselves.” (an-Najm: 32) “(…) keep your duty to Allah (God) and fear Him as much as you can.” (a-Taghabun: 16)


After all, “If you disbelieve, then verily, Allah (God) is not in need of you; He likes not disbelief for His slaves. And if you are grateful (by being believers), He is pleased therewith for you.” (az-Zumar: 7) “Whosoever disbelieves will suffer from his disbelief, and whosoever does righteous good deeds (by practising Islamic Monotheism), then such will prepare a good place (in Paradise) for themselves (and will be saved by Allah (God) from His Torment).” (ar-Rum: 44) “On the Day when every person will be confronted with all the good he has done, and all the evil he has done, he will wish that there were a great distance between him and his evil. And Allah (God) warns you against Himself (His punishment) and Allah (God) is full of kindness to (His) slaves.” (al-Imran: 30) “Whoever brings a good deed (Islamic Monotheism and deeds of obedience to Allah (God) and His Messenger) shall have ten times the like thereof to his credit, and whoever brings an evil deed (polytheism, disbelief, hypocrisy, and deeds of disobedience to Allah (God) and His Messenger shall have only the recompense of the like thereof, and they will not be wronged.” (al-An’am: 160)

That’s why when a companion was reading out of the Koran and got to the verse: “How (will it be) then, when We bring from each nation a witness and We bring you (O Muhammad) as a witness against these people?” (an-Nisa: 41), the Prophet Muhammad (pbuh) burst into tears, and said to his companion: “Stop!
That’s enough!”